vendredi 1 novembre 2030 par Christoph Prüm

un heritage de base ou mieux un revenu de base?

Un capital de départ, ou une pension alimentaire permanente depuis l'enfance ? C'est la question.

 

Alors que les objectifs du heritage de base et du revenu de base, qui se chevauchent au moins en termes de meilleure qualité de vie pour les personnes à atteindre, les approches sont très différentes :

Le but fondamental de l'héritage de base est une participation adéquate de chacun à "ce qui est là", c'est-à-dire à la substance que la terre nous offre à tous. "Ce qui est là" inclut expressément ce qui a été fait par les ancêtres de et sur la terre. C'est notre patrimoine à tous, pour le meilleur ou pour le pire (par exemple, les déchets nucléaires). C'est à nous, êtres vivants, non seulement de distribuer la terre elle-même, mais aussi les biens laissés des ancetres parmi nous, quel que soit le sens juste du mot "juste" dans ce cas. Par exemple, je ne pense pas que ce soit juste: tout le monde hérite du risque des déchets nucléaires et peu héritent l'argent qui était auparavant gagné avec cette technique.

Le patrimoine de base est donc orienté vers ce qui est là et pour ce qu'aucun être vivant ne s'est dérangé lui-même. Le revenu de base, d'autre part, vise une fourniture continue, une part de la production économique actuelle du pays. Le problème, c'est qu'elle vise la performance au travail des autres êtres humains. La question de savoir si quelqu'un peut revendiquer un droit légitime à l'exécution du travail de ses concitoyens sans prendre un engagement correspondant en retour est douteuse.

Par ailleurs, le revenu de base est discutable. Il l'emporte partiellement sur un mécanisme fiscal et réglementaire de notre système économique : le revenu est généralement le résultat d'une activité utile pour d'autres.  Si cela est partiellement aboli, il peut se produire des développements indésirables qui affecteront l'économie et la prospérité dans son ensemble.

Laissez-moi vous raconter une petite histoire :

Brunnen

L'eau peut-elle coûter de l'argent ?

Dans le village de Patar au Sénégal, en Afrique, il y a (ou il y a au moins 20 ans) un puits de 40 m de profondeur. Il est briqueté, a un diamètre d'environ 2 m, fournit une excellente eau et sans fin. Nous avons construit un treuil en utilisant, deux hommes sous effort, mais encore plus efficace que les femmes avec leurs rôles, pouvaient amener de l'eau vers le haut. Ma suggestion était de vendre l'eau ainsi produite comme récompense pour le tourneur de treuil et pour la préservation du treuil. Cela a suscité toute une protestation : l'eau est essentiellement pour tout le monde et n'est pas à vendre.
 
Dans cet exemple, le revenu de base signifie que chacun reçoit gratuitement une quantité minimale de l'eau promue, peut-être il même transporté á la maison gratuite. La question est de savoir qui lui fournit l'eau, parce que quelqu'un doit l'extraire du puits ?
 
Heritage de base dit : "Chacun a droit à une part appropriée du puits laissé par ses ancêtres ; et bien sûr de l'eau - mais là où elle se trouve naturellement : en bas dans le puits.

Il y a toujours une revendication justifiable et naturelle de chaque individu humain à une part des ressources disponibles de la terre : Simplement parce que quelqu'un est présent dans le monde physique, et parce qu'il doit respirer, manger, y vivre et boire comme ici. Dès sa naissance pure, il a donc droit à une partie appropriée de ce que existe. Et en même temps, il a ce droit parce qu'il a droit à l'égalité de traitement envers ses semblables ou envers la société. Ce droit se réfère à l'eau qui se trouve dans le puits. Mais le fait que quelqu'un tire l'eau du puits pour lui est une revendication au travail des autres. D'où va-t-elle venir?

Encore une fois : je revendique une partie appropriée de la forêt (primitive) avec son bois et ses baies sauvages, mais je n'ai probablement pas le droit d'exiger que quelqu'un les cueille pour moi et les ramène à la maison, de préférantement avec le bois de chauffage.
 
Si l'on voulait néanmoins formuler un droit à un revenu de base, ce serait une sorte de droit de substitution : la grande partie de la population exclue de l'héritier pourrait s'accumuler avant le dixième le plus riche de la population, qui possède la plus grande partie de la république, et dire à juste titre : "Vous qui avez occupé tout ce dont nous avons besoin pour gagner notre vie et vous ne voulez pas le rendre" : Et voilà, ce n'est que juste que si vous nous financez".
 
Cependant, cette droit ne serait pas le droit naturel et original de participation que nous avons depuis la naissance, mais son remplacement. Le revenu de base serait donc une prime sous la forme d'une pension pour la renonciation à notre patrimoine, à notre part naturelle du monde.


 Cela soulève naturellement la question suivante : pourquoi n'exigeons-nous pas d'abord notre droit initial à une part appropriée, c'est-à-dire un héritage de base ? N'osons-nous pas pomper l'eau, ramasser les baies et fendre le bois ? Pourquoi devrions-nous imposer l'exige des mendiants ?

Si nous excluons ce droit de substitution, alors ce qui suit s'applique: s'il y a un revenu de base ou des prestations comparables (revenu du citoyen, sécurité de base, etc.), que je pourrais encore trouver bon à un faible niveau, alors ce ne sera pas un droit (réel, naturel), mais un cadeau. Un cadeau des travailleurs et des propriétaires à ceux qui ne peuvent pas faire de l'argent si bien. Oui, sans doute, des cadeaux sont une bonne chose - s'ils peuvent être perçus comme tels. 

Notre société a-t-elle déjà atteint le point où elle peut rassembler cette générosité de la part de ceux qui travaillent et gagnent bien leur vie, ainsi que la gratitude correspondante de la part de ceux qui acceptent ? Ou même simplement la modestie qui est nécessaire à l'acceptation d'un cadeau, et dont seule la joie de ce cadeau peut naître ? Je doute qu'un revenu de base puisse produire cette joie et cette satisfaction, voire cette prudence, qui découle généralement de son propre travail. Une autre question se pose donc : jusqu'à quel niveau le revenu de base, en tant que cadeau de l'aide sociale permanente, peut-il être une bénédiction pour le bénéficiaire, et où commence le mal ?
 
La principale différence pratique entre l'héritage de base et le revenu de base me semble être que, même si un revenu de base devait fonctionner (à un niveau plus élevé), cela mettrait de nombreuses personnes sur la touche (peut-être tout à fait tolérable) : Les principaux acteurs de la république diront "nous le faisons, et vous gardez le silence (politique)". Mais la consommation assurée ne peut remplacer une véritable participation réelle au pouvoir et à la responsabilité à tous les niveaux de la république. Pour cela, il faut être propriétaire et vivre les expériences qui vont généralement de pair avec la propriété. 
 
Une société qui se décompose en une couche qui gère la république et détermine tout - y compris l'opinion dans la mesure où elle peut être manipulée par l'argent - et une autre qui se tient tranquille par le pain et les jeux (et l'opinion manipulée) n'est pas satisfaisante pour tout le monde et reste également instable. Toutes les personnes sont des êtres appelés à créer ; elles ont besoin d'opportunités pour le faire. Le problème de la concentration toujours plus grande du capital, et donc du pouvoir créatif, sur une poignée de personnes n'est pas abordé par un revenu de base, mais par un héritage de base.
 
A Patar au Sénégal, d'ailleurs, l'histoire s'était déroulée ainsi : Au début, les gens étaient impatients de tourner, de pomper et de distribuer l'eau. Certains des tourneurs ont même planté des jardins à côté du puits. Après un certain temps d'efforts sans réelle récompense, cependant, le zèle a commencé à s'émousser. Lorsque la corde s'est rompue, il n'y avait pas de propriétaire pour s'en occuper et pas d'argent pour les réparations. Comme le donateur du treuil ne voulait plus investir d'argent dans cette histoire, l'affaire a été abandonnée, pour autant que je sache.

Votre commenter:

												







											
Wir behalten uns vor Beiträge zu kürzen oder zu löschen, wenn sie nach unserer Auffassung beleidigend oder rechtswidrig sind.
Veuillez remplir tous les champs.
Envoyer un commentaire